En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêts. x

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêts. Fermer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêts. Fermer

Rousserolle effarvatte

Acrocephalus scirpaceus (Hermann, 1804)

Retour à la liste des espèces

Description

La Rousserolle effarvatte est une fauvette aquatique d'une longueur de 13 cm. Dominé par le brun et le beige, son plumage est plutôt terne. Son bec est fin et pointu tandis que sa queue est longue et étroite 
La Rousserolle effarvatte niche dans les roselières 1 à 2 fois par an. En période de migration, elle fréquente également les buissons.


La femelle a la particularité de fixer son nid à plusieurs tiges de roseaux à 50 cm minimum au-dessus de l'eau. Etant donné que plusieurs couples nichent l'un à côté de l'autre, le territoire défendu se restreint à l'espace entourant le nid.
Toutes les rousserolles européennes quittent nos régions tempérées pour passer l'hiver en Afrique tropicale. Nous pouvons apercevoir les rousseroles effarvattes en France, quand elles reviennent de migration dans les derniers jours de Mars jusqu'à la fin Septembre. En Octobre, la quasi-totalité de la population a rejoint les quartiers d'hivernage tropicaux malgrès malgré quelques retardataires. Dans les zones d'hivernages (Sud du Sahara jusqu'à la Zambie), elle se nourrit dans les haies, les buissons, la brousse herbeuse et les clairières de la savane boisée.


Jadis, la Rousserolle effarvatte souffrait du drainage des zones humides et de la réduction des surfaces de roselières (pour y faire des surfaces cultivables). Aujourd'hui, c'est le boisement naturel des roselières qui constituent la menace principale de l'habitat de cet oiseau. En effet, les saules et les bouleaux se développent vite dans ces zones humides aux dépens des roseaux, et assèchent à long terme le milieu. C'est pourquoi, en France, la Rousserolle effarvatte fait l'objet d'un programme de baguage important pour suivre l'évolution de la population.

Attention à ne pas confondre la Rousserolle effarvate avec la Rousserolle verderolle qui se ressemble physiquement mais qui n'ont pas les mêmes modes de vie.

Présence

Septembre

Visible ce mois ci

Jan
Fév
Mar
Avr
Mai
Jui
Juil
Aoû
Sep
Oct
Nov
Dec

Présence

A l'aube
En journée
Crépuscule
Visible en ce moment
nom scientifique: 
Acrocephalus scirpaceus (Hermann, 1804)
Rousserolle effarvatte (Vince Smith)
Rousserolle effarvatte (Vince Smith)
Rousserolle effarvatte (sébastien bertru)
Rousserolle effarvatte (Ron Knight - flickr)
Rousserolle effarvatte (Stefan Berndtsson - flickr)
Rousserolle effarvatte (sébastien bertru)
Description: 

<p>La Rousserolle effarvatte est une fauvette aquatique d&#39;une longueur de 13 cm. Domin&eacute; par le brun et le beige, son plumage est plut&ocirc;t terne. Son bec est fin et pointu tandis que sa queue est longue et &eacute;troite&nbsp;<br />
La Rousserolle effarvatte niche dans les roseli&egrave;res 1 &agrave; 2 fois par an. En p&eacute;riode de migration, elle fr&eacute;quente &eacute;galement les buissons.</p>

<p><br />
La femelle a la particularit&eacute; de fixer son nid &agrave; plusieurs tiges de roseaux &agrave; 50 cm minimum au-dessus de l&#39;eau. Etant donn&eacute; que plusieurs couples nichent l&#39;un &agrave; c&ocirc;t&eacute; de l&#39;autre, le territoire d&eacute;fendu se restreint &agrave; l&#39;espace entourant le nid.<br />
Toutes les rousserolles europ&eacute;ennes quittent nos r&eacute;gions temp&eacute;r&eacute;es pour passer l&#39;hiver en Afrique tropicale. Nous pouvons apercevoir les rousseroles effarvattes en France, quand elles reviennent de migration dans les derniers jours de Mars jusqu&#39;&agrave; la fin Septembre. En Octobre, la quasi-totalit&eacute; de la population a rejoint les quartiers d&#39;hivernage tropicaux malgr&egrave;s malgr&eacute; quelques retardataires. Dans les zones d&#39;hivernages (Sud du Sahara jusqu&#39;&agrave; la Zambie), elle se nourrit dans les haies, les buissons, la brousse herbeuse et les clairi&egrave;res de la savane bois&eacute;e.</p>

<p><br />
Jadis, la Rousserolle effarvatte souffrait du drainage des zones humides et de la r&eacute;duction des surfaces de roseli&egrave;res (pour y faire des surfaces cultivables). Aujourd&#39;hui, c&#39;est le boisement naturel des roseli&egrave;res qui constituent la menace principale de l&#39;habitat de cet oiseau. En effet, les saules et les bouleaux se d&eacute;veloppent vite dans ces zones humides aux d&eacute;pens des roseaux, et ass&egrave;chent &agrave; long terme le milieu. C&#39;est pourquoi, en France, la Rousserolle effarvatte fait l&#39;objet d&#39;un programme de baguage important pour suivre l&#39;&eacute;volution de la population.<br />
<br />
</p>

<p>Attention &agrave; ne pas confondre la Rousserolle effarvate avec la <a href="http://www.ecobalade.fr/espece/rousserolle-verderolle">Rousserolle verderolle</a> qui se ressemble physiquement mais qui n&#39;ont pas les m&ecirc;mes modes de vie.</p>

Groupe taxonomique: 
Image mobile - Fiche espèce: 
Image mobile - Minature: 
Image mobile - Diaporama: 
Statut Protection: 
Saison: 
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Septembre
Octobre
Visible: 
A l'aube
En journée
Au crépuscule

Poster une photo ou un commentaire

image
Photos de paysages, d'espèces...

Les fichiers doivent peser moins de 2 Mo.
Extensions autorisées : png jpg jpeg.
Les images doivent avoir une définition supérieure à 400x200 pixels.

Restez dans le sens de la marche ! ;)

Tenez vous informez des nouvelles ecobalades !